Weekend Retrouver sa Nature profonde – Vezelay

Weekend Retrouver sa Nature profonde – Vezelay

« Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait 10 fois le tour du monde mais une seule fois le tour de lui-même » 

Gandhi

 

Qui êtes-vous véritablement ? 

Qu’est ce qui entrave la pleine expression et l’incarnation de votre Nature profonde ?

Comment retrouver et vivre au quotidien le chemin de votre Nature profonde ? 

Venez trouver vos réponses à ces questions fondamentales qui donnent sens et vie à vos choix quotidiens dans les multiples domaines de votre vie : votre famille, votre métier, votre couple, votre relation à vous-même…

Dans un lieu ressourçant par sa nature généreuse et abondante, vivez un weekend qui allie théorie et pratique pour

  • saisir l’Essence de votre Nature profonde
  • vous délester de ce qui empêche sa pleine expression
  • faire les premiers pas pour oser l’incarner pleinement.

Guidé(e) par Martine Viniger et Thomas Siceaux,  plongez en toute sécurité dans une aventure personnelle et collective pour vous offrir ce chemin au cœur de vous-même et vivre votre place en lien avec les autres de façon authentique.

Le week-end alterne travail personnel et collectif ; ateliers d’introspection et ballade en nature.

Qui sommes nous?

Martine Viniger : « Connectée depuis toujours aux ressources de la Nature, elles sont pour moi des portes essentielles pour vivre au quotidien celles qui nous sont propres. Conseillère-Formatrice agréée Fleurs de Bach et sophro-analyste de la vie intra utérine, j’accompagne depuis plus de 20 ans les personnes sur le chemin de leurs découvertes et renaissances intérieures. Je suis l’auteure du CD « Méditations guidées avec les fleurs de Bach » (Ed Courrier du Livre)

 Thomas Siceaux :« Convaincu que chacun sait ce qui est bon pour lui-même, je facilite le bien être en individuel et en groupe dans une dynamique maïeuticienne depuis près de 20 ans. Créateur du tri conscient, cet outil transversal qui réenclenche les espaces de vie et les espaces Intérieurs dans un cycle vivant, permet d’alléger en pleine conscience la maison, l’agenda, la tête et le cœur. Je suis l’auteur de Ciao Bazar (Ed Courrier du livre)

 

Prix du Week-end : 250 € ou 270€ après le 11 avril 2019 (hors frais d’hébergement et de repas)

Lieu : Salle Communale d’Asquins 89450 ASQUINS (VEZELAY)

Tous les détails pratiques vous seront communiqués à réception de votre inscription (Bulletin d’inscription sur demande auprès de Martine Viniger – martine.viniger@wanadoo.fr ou Tél 06.13.25.15.45

Conférence Trier, S’Alléger, Renaître – Bailleul

Conférence Trier, S’Alléger, Renaître – Bailleul

TRIER: Sélectionner ce qui est nécessaire de ce qui ne l’est plus

S’ALLÉGER: Accepter de se défaire de ce qui n’est plus nécessaire

RENAÎTRE: Accueillir la place nouvellement faite pour oser s’installer chez Soi

Une conférence, trois verbes, un processus: celui du tri conscient.

Cette méthode que j’ai mise au point pour aider l’individu à se réaligner dans son écosystème. Qu’il s’agisse de son habitat mais aussi de son environnement relationnel, amoureux, familial, professionnel, financier…

Nous sommes chacun (e) un monde en perpétuel changement qui vit dans un Monde en perpétuel changement…De quoi se perdre dans les compensations matérielles, relationnelles et intellectuelles … Mais tout est (déjà) là au cœur de nous même ! Reconnaître et répondre à ses besoins essentiels commence par un regard conscient sur ce qui se passe à l’Intérieur.

Pragmatique et Inspiré, je fais des ponts dans cette conférence-atelier entre les placards et les placards Intérieurs pour vous aider à renaître chaque matin à vous même en faisant le tri dans ce qui est obsolète et vous autoriser à vous alléger de ce qui n’a plus lieu d’être.

A bientôt !

Thomas Siceaux

Créateur du tri conscient – Auteur de Ciao Bazar

La conférences est suivie d’une séance de dédicace de CIAO BAZAR

Entrée Gratuite sur réservations au 03 28 41 27 54

http://www.triconscient.fr

 

Lâcher prise

Lâcher prise

Ce lâcher prise dont je fais preuve en ce moment n’ai pas celui où le mental dit « lâche prise », créant simultanément et paradoxalement une charge mentale supplémentaire. Il s’agit plutôt de celui de mon corps qui lâche la tension d’avoir tenu, contenu, soutenu pendant trop longtemps.

Expirer

Du coup, ce qui pourrait s’apparenter à une lassitude dépressive est en réalité un retour au mouvement naturel de l’expire. Ce mouvement naturel de repli qui succède à l’expansion. Ce fameux mouvement qui est bel et bien à laisser faire pour que s’installe la jachère. Devenue certes impopulaire aujourd’hui car improductive (au premier abord) elle reste néanmoins essentielle au cycle naturel vivant.

Après cette année 2018, entrée directement dans mon top 3 des plus puissantes dans la catégories bousculante, euphorique et pleine d’imprévue; j’ai largement aiguisé mes capacités à tenir, rebondir et agir en flux tendu. Un contexte qui rend d’autant plus long la descente dans cette décantation hivernale.

Et quand il est question de remettre le couvert tout neuf de 19, je peine. Je peine à reprendre ma respiration et me relever après cette trop courte semaine d’arrêt entre deux fêtes. Et bien que je sente profondément dans mes cellules, qu’il est l’heure de ralentir, de me poser, de me déposer; mes habitudes et mon mode automatique reprennent les rennes pour avancer malgré tout.

Je ne peux remplir ce qui est déjà plein.

Sauf que je ne peux remplir ce qui est déjà plein. Ce qui me rappelle mes nombreuses crises d’asthmes infantiles. Ces endroits où je manquais d’air parce que ma peur du manque créait un inspire trop actif et un expire trop court. Étouffement garanti. C’est lorsque on m’a appris gamin dans mes cours de respiration que pour calmer une crise il était capital d’avoir un expire des plus longs que j’ai saisi de nouveau l’équilibre naturel du cycle vivant et vertueux: celui qui fait sortir avant de faire entrer de nouveau.

Oser le vide

Oser vider complètement, accueillir le vide… une étape impopulaire et anxiogène, mais qui reste néanmoins capitale pour que le cycle suivant s’installe proprement.

De plus ce vide ne se remplira qu’ultérieurement dans la clarté et le calme si et seulement si il a été pleinement vécu pour ce qu’il est: l’espace entre ce que je connais et ce que je ne connais pas encore. C’est précisément LE travail de l’hiver.

Au moment où j’accepte le vide, il se remplit de la conscience que j’en ai

Tout passe.

De la même manière que le vide fait parti du cycle, le remplissage qui s’en suit aussi. Lorsque l’angoisse du rien pointe son nez ou même fait rage, rappelez vous que tout est passager. Une clé qui permet de ne plus fuire dans le passé ni le futur et vivre ainsi pleinement l’instant présent agréable ou pas. Vécu pleinement il prend toute sa place et évite de se le faire resservir par le Vie comme une assiette non finie représentée au petit déjeuner jusqu’à ce qu’elle soit vidée.