Les 4 (fausses) astuces pour trier

Même si je n’ai toujours pas saisi le sens de ce engouement pour le genou dénudé, la mode et l’art ont parfois des chemins qui m’échappent. Cette mode du moment me connecte directement à la complexité (et l’inefficacité) de mettre les choses dans des cases. Comme ces conseils de tri au goût magique qui s’avèrent finalement décevants et inefficaces car déconnectés des spécificités de chacun. Allons regarder de plus près ces quelques astuces miracles, ces conseils à ne pas rater, ces trucs imparables pour ranger son fourbis de 5 ans en 5 minutes (ben voyons)…Et voyons pourquoi ce joli vernis qui apaise un temps, une fois craquelé révèle un capharnaüm non seulement renouvelé mais surtout doublé, du fait de ne pas l’avoir traité à la racine.

1- JETER CE QUI EST USÉ

Donc même si je ne comprends (ni ne juge… quoique) ces jeans défoncés à coups de ciseaux bien placés, je ne peux m’empêcher de sourire lorsque j’imagine ces mêmes fashionistas s’attaquer à leur tris. Comment vont elles (vont ils) pouvoir appliquer l’une de ces astuces qui dit de se défaire de ce qui est ébréché, troué déchiré? Paradoxe total! Oui nous avons tous des baskets aux semelles ultra mince, des parapluies démembrés, des stylos vidés depuis longtemps, que l’ont conserve malgré tout. Car les il faut, les ça s’fait pas et les au cas où s’en sont mêlés. Bref conseil émoussé. Next!

2- APPELER LA COPINE QUI SAIT FAIRE

Rien de grave vous avez plus d’un tour dans votre sac. Vous allez appeler votre meilleur copine qui avec toute la bienveillance du monde appliquera son chapelet d’astuces imparables qui marchent à tous les coups. Plier comme ça, une place pour chaque chose, chaque chose à sa place, ça, ça va là et ça surtout là, parce que c’est vachement plus pratique comme ça, que comme ça…Sauf que vous n’avez finalement pas grand chose à voir avec votre meilleure copine Christine superchefdurangementetdel’organisation ( c’est bien connu les contraires se complètent !) Alors vous vous rendez vite compte qu’elle est finalement parfaite pour une soirée fille mais absolument toxique lorsque vous l’appelez à la rescousse tous les printemps pour le tri de votre appart. Beh oui mais vous n’êtes pas Christine, sa vie ne ressemble pas à la vôtre et ses besoins encore moins. Puisque l’heure n’est pas au clonage le coup de la meilleure copine qui sait faire, ça sort !

3-UNE CHOSE ENTRE, UNE AUTRE SORT.

Alors je décernerais, à celle ci, la palme de la plus douce et la plus organisée. Mais malheureusement pas plus connectée à votre réalité que les précédentes. En effet cette règle est incomplète si vous recherchez la réelle utilité de ce qui garnit votre intérieur. Elle traite la quantité et non la qualité de ce qui vous entoure, je veux dire par qualité : la capacité à remplir les différentes utilités qui sont au nombre de 4: pragmatique, émotionnelle, intellectuelle, existentielle (un chapitre dans Ciao Bazar leur est consacré). De plus il n’y malheureusement aucune relation entre le nombre de choses qu’il est bon de faire sortir de chez vous et celui qu’il est bon de faire entrer. Et cerise sur le gâteau, la condition de mettre du mouvement dans vos placards est ici directement liée à votre envie d’acheter de nouvelles choses. Du coup comment faites vous si votre besoin est d’alléger sans remplir de nouveau? Là encore astuce caduque. Exit.

4-NON UTILISÉ DEPUIS 1 AN! ÇA SORT!

Et je vous ai gardé la plus populaire et la plus terrible pour la fin. Non pas terrible dans le fait qu’elle soit draconienne et sans coeur, quoique parfois… C’est vrai, faire sortir la médaille de baptême jamais mise, offerte par Mamie, c’est loin d’être simple. Terrible, disais je, car complètement hermétique au fait que quelque chose qui date de plus d’un an puisse être une pépite pour aujourd’hui ou demain. Du pur non sens à mon goût, qui vous remplit de doutes et de regrets au même rythme que vous videz vos placards. Cette astuce regarde exclusivement devant (ce qui en soit est bénéfique) mais du coup vous prive de revisiter votre stock, aussi vieux soit il avec un regard frais et actuel. Pourquoi un vestige endormi depuis plus de 10 ans ne pourrait pas être précisément ce dont vous avez besoin aujourd’hui ?

C’est la conscience de vos besoins essentiels aiguisée par ce diagnostic qui commence chacune de mes missions de tri qui structurera ce tamis adapté à votre actualité.  Oui ce qui est entassé et empoussiéré par le temps peut receler de véritables trésors. Encore faut il les déceler. Cette dernière astuce laisse souvent un goût de gâchis! Définitivement à éviter.

ÇA AURAIT PU ÊTRE SI SIMPLE

Même si selon moi ces astuces sont à éviter, elles ont le mérite d’enclencher un mouvement, un changement, une prise de conscience, une envie de faire autrement. Les personnes qui m’appellent pour les accompagner me confirment à chaque fois qu’elles ont fonctionné un temps mais ont fini par révéler un bazar démultiplié ou un découragement incrusté une fois qu’il fallait reprendre le sujet à la base. Rien d’étonnant. Comme n’importe quel outil, son efficacité se vérifie lorsqu’il est adapté au besoin. Vous pourrez toujours planter un clou avec un tournevis (si si ça marche )sauf que je ne vous garantis pas l’état du tournevis et la solidité du travail fini 😉

Alors elles fonctionnent certes, mais combien de temps? Est ce que vous vous sentez profondément en phase avec vos besoins essentiels de sérénité, d’encrage, d’authenticité après avoir utilisé ces quelques astuces.

Il est tentant de vouloir traiter la question du tri de façon superficielle. Et simplifier par la même occasion des questions plus large comme celle de faire un choix, saisir la réelle utilité des choses ainsi que notre propre utilité.

Oui, ca serait tellement plus simple. Mais ça ne marche pas comme ça. La vie est plus subtile, elle ne s’enferme pas dans des cases prédéfinies. Elle demande de s’attarder sur elle, de l’apprivoiser, de la questionner, de la comprendre, de la saisir. Une quête passionnante. Cette même quête qui ouvrira les portes de vos choix alignés avec votre Essence. Là où vous trouverez vos essentiels. Bons tris conscients;)

Trier le subtil

C’est l’histoire de Guillaume qui doit vider l’appartement de sa mère décédée. Même si elle nous est familière, entrer dans l’intimité de quelqu’un de sa famille est une tâche délicate. Encore plus quand il s’agit de décider quoi garder de quoi se séparer. Alors quand il s’agit de trier les « bondieuseries », comme il les appelle, le tranchant de Guillaume s’émousse littéralement. (suite…)

Trouver les pépites

Ça fait plus de 4 ans que l’appartement de la défunte mère de Guillaume est dans son jus. 4 ans que cet appartement, bien qu’à des kilomètres de chez lui, lui encombre l’esprit. Besoin de passer à autre chose mais englué par la procrastination. Partagé entre trier une chose à la fois et tout envoyer à la benne, il opte pour le tri conscient. 3 heures plus tard (suite…)

Sortir des sentiers battus

Lorsque j’ai vu ces balises au fil de ma ballade ce matin, j’ai d’abord été agacé, critiquant les organisateurs de ce cross VTT de ne pas avoir fini leur travail après la course.
C’est avec cette pointe d’orgueil qui disait moi au moins je respecte la nature et finis ce que je commence, que j’ai enlevé au fil du chemin ces intrus plastique dans ce paysage naturel. Puis au bout de quelques unes, c’est avec plus de conscience (et d’humilité) que j’ai enlevé ces points de repères obsolètes. J’ai regardé cette situation comme dans ce miroir qu’est le monde extérieur, pour en apprendre davantage sur mon monde intérieur: Et moi qu’est ce que j’ai oublié de traiter et laissé au bord du chemin? (suite…)

Se détacher en gardant l’essentiel


C’est lors d’une ballade avec un ami en ce début d’année que nous trouvons au fil du chemin, deux grosses boules de gui. Présage de bonheur et de longue vie, nous nous partageons ce grand cadeau. Ce cadeau déposé là, sur notre chemin au milieu de nos conversations passionnantes et profondes, à propos de la vie, comment la vivre aligné avec qui nous sommes dans un mouvement simultané du respect de soi, de l’autre et du monde.
De retour chez nous, comme un gamin heureux de sa trouvaille, je brandis ce gui aux allures de trophée bienfaisant.
Je lui trouve une place de choix dans notre arbre de vie pour qu’il diffuse ses symboles: la paix, la joie le bonheur et la longévité, sur les habitants et les visiteurs de notre chez nous.

TOUT CHANGE
La maison ce week-end avait envie de s’ébrouer. La douceur de l’air, la nouvelle lumière nous font ouvrir les portes en grands, réaménager le salon, dépendre la décoration de l’arbre de vie et donc cette fameuse boule de gui… Pour la redécouvrir jaunie, séchée, où les boules blanches translucides étaient devenues rabougries tels des raisins secs. Il est temps de s’en défaire…

OUI MAIS…
Je ne peux me défaire de ce cadeau découvert comme un trésor, me rappellant cette puissante discussion de ce mois de janvier, porteur de ses symboles forts qu’il diffuse depuis tout ce temps.
Alors je me suis dit que je pouvais le peindre pour décorer un centre de table, en coller quelques feuilles sur un tour de cadre pour le customiser… Je m’étais attaché. Je ne voulais pas que ça se termine.

L’ESSENTIEL
Mais au final est ce que le garder plus longtemps m’aurait apporter une plus grande connexion à mon amitié avec l’homme avec qui j’ai trouvé ce gui, une plus grande conscience de la paix, la joie et le bonheur auxquels j’aspire et pour lesquelles je fais ce que j’ai à faire pour le vivre au quotidien? La réponse est Non.

LE CYCLE
Ce cadeau de la Nature m’a rappelé l’essentiel. Comme un phare dans la nuit. Et il n’est pas nécessaire de conserver le phare pour se rappeler de la lumière. C’est donc dans celle d’un feu que j’ai confié ce témoin de l’essentiel pour qu’il retourne d’où il vient et revenir prochainement sur mon chemin dans une autre forme, d’une autre façon et m’éclairer à nouveau comme durant cette journée de janvier. Gratitude.

Minute Papillon 🦋

La lumière change, se fait plus présente.Les perce-neige portent bien leurs noms cette année. Le printemps est à la porte. Mais l’hiver nous rappelle à son bon souvenir. Il a quelque chose à ajouter!

(suite…)