Soyez la/le bienvenue dans ces pages. J’ai appelé ce nouveau rendez-vous mensuel le premier jour du reste du mois comme un rituel de passage. Un moment charnière où je me pose tous les premiers du mois pour prendre rdv avec moi -même et faire le point, goûter la jachère, la suspension, digérer, intégrer, infuser ce qui a été. M’offrir et vous offrir du rien pour laisser émerger ce qui est et ce qui s’invite pour demain.

C’est le bouclage de boucle que j’accompagne tous les jours : cette charnière du deuil de l’ancien et le choix du nouveau.

Le fil de la pelote que je tenais avant de prendre mon clavier était l’élan de m’offrir une routine mensuelle pour explorer et faire le tri par écrit. Je n’avais rien d’autre. C’est juste magique, le process opère à l’instant ! C’est précisément en écrivant ces quelques lignes que je vois apparaitre une possible structure de mon rdv avec vous ici. Une première partie sur ce qui s’est passé et une seconde sur ce que je vois s’inviter pour demain. Un temps d’écriture (et de lecture pour vous) pour s’arrêter et s’offrir cette suspension légère et/ou cet encrage profond selon comment vous vivez le fait d’arrêter la course du faire.

En plus d’avoir envie que la rubrique blog de triconscient.fr soit autre chose qu’une coquille vide ou presque, mon expérience d’auteur d’article mensuel pendant près d’un an pour EspritBerry.fr a fini de convaincre mon aquoiboniste à lâcher.

Je suis capable de le faire pour les autres, alors pourquoi pas pour moi ?

Vous connaissez cette phrase ? Parfois la demande de l’extérieure est souvent un tremplin pour s’expérimenter dans des chemins de traverses insoupçonnés. Dans le cas présent c’était davantage la régularité de la commande qui me paraissait hors de portée plutôt que de créer du contenu sur mon expertise. Et c’est souvent le cas. Ce ne sont pas les idées qui manquent, mais plutôt le temps de les vivre ou pire de se les autoriser qui font défaut.

C’est pourquoi le simple fait de prendre rdv tous les mois avec vous (et d’abord avec moi) est déjà délicieux et plein, même si les pages blanches qui m’attendent sont encore vides.

La bonne résolution n’est pas toujours dans le résultat mais dans la posture pour vivre l’action qui mène au résultat. Comme je le goûte ici maintenant, je n’ai pas besoin de savoir quoi écrire pour m’offrir ce temps d’écriture. A nouveau le contenant n’est pas une fin en soi quand le contenu est identifié. Et le contenu est ainsi libre de prendre la forme adéquate sans jamais se laisser emprisonné par une forme de contenant prédéfini.

Je sais donc que je me donne rendez vous une fois par mois ici, avec vous, pour vivre l’instant présent, regarder dans le rétro, métaboliser le chemin, semer les graines pour demain, écouter les rêves, l’intuition, les sensations, pour m’inviter et vous inviter à vivre l’expérience consciente d’être unique comme tout le monde. Et pour le reste je verrai sur le chemin.

Alors pour ne pas sacrifier son instinct et ses envies les plus essentiels comme le dit Etienne Daho dans son premier jour du reste de ta vie je vous souhaite en ce début février d’écrire le premier jour du reste de votre mois avec liberté, audace et foi en vous.

A bientôt.